Non écoute des émotions et burn-out

14 Juin 2021

La non écoute des émotions, appelée répression émotionnelle peut avoir des conséquences importantes sur notre santé psychique et émotionnelle et peut contribuer à l’installation du syndrome du burn-out.

Burn-out et agilité à gérer les émotions

Nous sommes malléables jusqu’à un certain niveau. Nous pouvons nous adapter et faire preuve d’agilité dans le respect de nos limites. Momentanément, sur de courtes périodes, nous pouvons nous ajuster, nous conformer à certains environnements mais à force de mettre notre matière à l’épreuve, nous risquons l’usure et même la rupture.

Chaque matériau a des propriétés qui lui sont propres : une résistance, un niveau de combustion, une durée de vie. Il en est de même pour nous, en tant que travailleur. Comment connaître nos points de rupture, identifier nos limites, situer ces balises qui nous permettent de ne pas nous mettre en danger ?

Utilité des émotions pour notre sécurité physique et psychique

La première réponse tient dans l’écoute de nos émotions. En effet, les émotions sont indispensables à la survie de l’espèce humaine. Dans l’ouvrage de référence L’intelligence émotionnelle du Docteur en psychologie clinique Daniel Goleman, ce prérequis est largement expliqué dès les premières pages. Il en ressort que les émotions jouent un rôle essentiel pour « affronter des situations ou des tâches trop importantes pour être confiées au seul intellect : le danger, les pertes douloureuses, la persévérance en dépit des déconvenues, […] ».

Burn-out et émotions : Un espace professionnel qui pousse à l’inhibition émotionnelle

Le problème est que dans nos sociétés modernes, l’individu est poussé à s’inhiber pour faciliter le vivre ensemble sur un lieu de travail hyposensible dans lequel il est mal vu de ressentir une émotion, surtout si celle-ci est négative.

Aucun espace n’est disponible pour exprimer, l’anxiété, l’ennui ou la honte. Et pourtant quoi de plus normal que d’expérimenter ces émotions de temps à autre dans un monde ou la seule certitude est finalement que nous n’en avons aucune, sur rien ? Qui aurait pu prédire qu’un virus comme le Covid-19 mettrait le monde à genoux et donnerait un violent coup de frein à la vie sociale et économique pendant plusieurs mois ? Après cet épisode, est-il encore possible de nier notre extrême fragilité ?

La sensibilité et même l’hypersensibilité peuvent être des forces. À ce titre, je vous invite à écouter un podcast passionnant L’hypersensiblité peut-elle être une force?, édité par Louie media pour le podcast Emotions.

Burn-out : Les risques à réprimer ses émotions

La recherche en psychologie consacrée à la répression émotionnelle montre qu’à un certain moment, si les émotions sont niées trop longtemps, elles s’expriment avec plus de force : on appelle ce phénomène l’amplification. Cet état peut nous mettre en danger sur les plans cognitif, psychique et organique et avoir des conséquences à long terme. Si vous pensez être concerné, consultez l’article Les 5 phases qui précèdent le burn-out.

Réprimer ses émotions alors qu’elles sont notre principal gouvernail n’est pas un mode de vie pérenne, il est même destructeur. Les émotions sont des informations qu’il nous faut traiter au risque de ne pas trouver la solution à l’équation de notre vie. Débranchons notre pilote automatique : l’écoute et l’acceptation de nos émotions sont les vecteurs de notre accomplissement et de notre épanouissement personnel.

Eviter le burn-out : se reconnecter à ses émotions

Apprendre à identifier ses émotions

Pour vous aider à identifier vos émotions, il peut être utile de scanner votre journée du lever au coucher et de prendre le temps d’observer chaque action, chaque lieu, chaque interaction. Regardez ce qui se joue dans votre routine ou au contraire face à l’imprévu. Le but est de muscler votre capacité à reconnaître avec précision les émotions qui vous traversent.

Dans le relevé de vos émotions, je conseille de ne pas utiliser la formulation « Je suis » parce qu’une émotion ne vous définit pas. Elle n’est pas un état amené à durer dans le temps mais une situation psychique transitoire et réactionnelle à un stimulus interne ou externe. Utilisez plutôt « Je ressens », « Je suis parcouru de », « J’ai peur », « Je suis heureux » et contextualisez ces ressentis : à quelles occasions apparaissent-ils ? Avec qui ? Quand ? Tentez de décrire avec le plus d’acuité chaque émotion. Plus nous sommes précis dans la façon de les nommer, plus nous pouvons mettre en place les stratégies de réaction adéquates.

Si ce thème vous intéresse, l’ouvrage de référence sur l’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman.

Faire un tri émotionnel pour éviter le burn-out

Classez ensuite ces émotions en deux catégories : celles qui vous font du bien et celles qui dégradent votre sensation de bien-être.

Pour les ressentis positifs, analysez-les et repérez si des schémas répétitifs se dessinent. En fonction, voyez comment multiplier ces occasions d’identifier de et de profiter des moments de bien-être, de fierté, d’accomplissement ou de sérénité. Ces moments doivent être au cœur de chacune de vos journées, présents et pré programmés dans votre tête dès votre lever, ce qui représentera un puissant motivateur à vous lever de bonne humeur et plein d’énergie chaque matin.

Pour les ressentis négatifs comme les peurs, les stress, les frustrations, les moments de colère, classez-les en deux catégories : ceux qui sont évitables et ceux auxquels vous ne pouvez vous soustraire.

  • Pour ceux dont vous pouvez vous détourner, établissez dès maintenant des stratégies : annulez des réunions, désengagez-vous de certains événements, déléguez des tâches.
  • Pour les ressentis négatifs non évitables, projetez-vous dans ces moments et interrogez-vous : comment les rendre plus supportables ? Plusieurs stratégies existent. Vous pouvez opter pour une présence absente : vous êtes là physiquement mais n’intervenez pas et prenez du recul ou faites autre chose de plus utile, si les conditions le permettent. Vous pouvez aussi revoir les conditions dans lesquelles cette tâche est exercée ; comment rendre l’expérience moins pénible, voire même agréable ?

Burn-out : pour aller plus loin

D’autres outils sont délivrés dans l’ouvrage Burn-out (Editions First) qui vous permettront de mettre en place des outils pragmatiques pour rétablir une écoute bienveillante de vos émotions et besoins.

Êtes-vous en burn-out ?

Si vous pensez être concerné par le burn-out et vous posez des questions sur vos symptômes, vous pouvez consultez la fiche d’information délivrée par la Haute Autorité de Santé. Sachez que l’OMS répertorie plus de 130 symptômes métaboliques, physiologiques et émotionnels variés qui rendent le diagnostic d’autant plus complexe et malheureusement tardif.

Je suis coach et formatrice et je vous aide à surmonter des épreuves et challenges professionnels

Emmanuelle Wyart Coach Formatrice épanouissement professionnel

Ces articles pourraient vous intéresser…

Ces articles pourraient vous intéresser…

Test MBTI en ligne fiable et sur-mesure

Test MBTI en ligne fiable et sur-mesure

Trouver un test MBTI en ligne et fiable est une question qui m’est souvent posée. Il est nécessaire de passer le test officiel avec un praticien certifié auprès de l’institut The Myers Briggs Company. Et non l’un des tests gratuits qui pullulent sur le net (au risque...

lire plus
Burn out rechute : comment l’identifier / l’éviter ?

Burn out rechute : comment l’identifier / l’éviter ?

Burn out rechute : comment l'identifier et l'éviter ? La rechute de burn out n'est malheureusement pas si rare. Selon les médecins, il y aurait entre 25% et 40% de risque de rechute après un premier burn-out. Ces rechutes peuvent être particulièrement graves et...

lire plus
Share This