Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Burn-out et arrêt maladie : Quelles démarches?

29 Nov 2021

Difficile de s’y retrouver dans le dédale de démarches quand on est en burn-out et en arrêt maladie. Quelques pistes pratiques pour vous aider à vous protéger, vous défendre et à guérir plus rapidement.

Se faire suivre par des intervenants complémentaires, la clé pour s’en sortir au plus vite et sans séquelles

La première chose à faire quand on ressent un état d’épuisement professionnel est de s’entourer des bons interlocuteurs sur le plan médical et paramédical. Votre santé est ce qui prime. Si votre stress commence à avoir des impacts sur votre corps. Il peut s’agir de problèmes de sommeil, douleurs, troubles gastro-intestinaux, infections ORL, dermatologiques, anxiété latente, comportement compensatoire… Il est important de consulter.

Burn-out et arrêt maladie : commencer par faire le point avec son médecin traitant ou un médecin généraliste

Si vous vous sentez éprouvé, épuisé depuis des mois et que vous souffrez d’un ou plusieurs des symptômes évoqués plus haut, il est important de vous faire accompagner de près par un médecin généraliste.

Le médecin généraliste est un allié pour :

  • Vous prescrire des analyses complémentaires. En effet, il n’est pas rare qu’un burn-out puisse déboucher sur des troubles métaboliques. Le cortisol (hormone du stress) étant un inhibiteur de l’insuline (hormone qui régule le taux de sucre dans le sang), l’épuisement professionnel peut mener à des états de pré diabète. Ainsi, il est important de contrôler sa glycémie notamment. De plus, des troubles de la thyroïde sont aussi consécutifs à des états de stress aigus chroniques. Un déficit en fer, en ferritine ou même un manque en vitamine D peuvent aggraver ou précipiter des états d’épuisement. Bref, il est important de faire le point sur votre santé et de vérifier certains marqueurs importants.
  • Établir un certificat médical sur votre état en lien avec vos conditions de travail (document qui pourrait être utile par la suite, en cas de souhait de départ de l’entreprise ou de licenciement abusif)
  • Faire le lien avec la médecine du travail. Tous les médecins généralistes ne le font pas spontanément. Mais il est prévu lors d’un arrêt maladie qu’une liaison soit établie entre le médecin généraliste qui prescrit l’arrêt et la médecine du travail. D’ailleurs, cela peut permettre de temporiser la situation avec un employeur suspicieux ou harcelant.
  • Vous prescrire un traitement pour vous aider à faire face aux problèmes les plus récurrents du burn-out. Gestion du stress, de l’anxiété et trouble du sommeil… Il pourra aussi vous orienter vers un médecin psychiatre de son réseau s’il le juge nécessaire.

Burn-out et arrêt maladie : Se faire accompagner par un médecin psychiatre

Accompagner la dépression

Lorsque le burn-out a incubé sur une longue période et que l’épuisement professionnel est poussé, il est parfois nécessaire de mettre en place un traitement. Ainsi, des antidépresseurs peuvent être prescrits s’il existe un état d’anhédonie (tristesse et perte d’envie généralisée). Dans ce cas, le médecin psychiatre est plus indiqué que le médecin généraliste. Il pourra identifier la bonne molécule et ajuster votre traitement.

Mais j’insiste sur une précision importante : la plupart des burn-out, s’ils sont pris assez tôt ne nécessitent pas d’antidépresseurs.

Burn-out : faciliter la gestion du stress et des émotions

En effet, la plupart du temps, un traitement via anxiolytiques permet d’aider à diminuer le stress. Ils facilitent aussi la gestion des émotions. Ainsi, ce peut être un traitement efficace en première intention. Également, il peut s’avérer utile pour réguler l’humeur. Une parade efficace aussi pour apaiser la labilité émotionnelle. On entend par là des manifestations émotionnelles soudaines instables et parfois disproportionnées. La colère, les pleurs ou une très forte impatience ou irritabilité, plus rarement des rires incontrôlés.

Se faire accompagner par un médecin psychiatre (même s’il ne vous voit que quelques minutes toutes les deux semaines) permet aussi de « sécuriser » votre arrêt maladie. En effet, les contrôles des arrêts maladie se durcissent à la CPAM (surtout depuis la période COVID). Ainsi, il est important de venir aux convocations CPAM pour contrôle d’arrêt maladie avec un dossier médical étayé. Celui-ci prouvera votre démarche proactive dans votre guérison.

Si vous avez besoin d’un accompagnement ponctuel sur ce point, réservez une séance en téléconsultation sur Doctolib avec moi. Je vous aiderai à préparer cette visite avec la CPAM. Je vous aussi guiderai dans les différentes étapes.

Se faire accompagner par des professionnels du burn-out

Le burn-out reste un syndrome encore mal connu de certains professionnels de santé. Certes, les choses ont bien évolué depuis 5 ans. D’ailleurs, le covid a permis une accélération de la connaissance de ce syndrome et une amélioration de sa prise en charge. Mais des défauts d’accompagnement subsistent. Malheureusement, je les constate tous les jours quand des personnes me contactent après avoir tenté de trouver de l’aide auprès de plusieurs interlocuteurs, mais sans succès.

Le burn-out est en effet un syndrome difficile à cerner (130 symptômes répertoriés par l’OMS). Outre cette pluralité symptomatologique, le problème tient au fait que ces symptômes sont « non spécifiques ». C’est-à-dire qu’ils ne caractérisent pas que le burn-out et peuvent définir d’autres troubles (Voir l’article Suis-je en burn-out ? 4 familles de symptômes).

Une difficulté à trouver les bons interlocuteurs et à poser un diagnostic

C’est donc un faisceau d’indices et de signaux faibles qui va permettre de mettre le doigt sur le problème. Et plus le professionnel est aguerri au syndrome, plus le burn-out peut être détecté et traité de façon précoce avec les bons outils. Et il est un fait établi dans toutes les études récemment publiées : un burn-out pris en charge de façon précoce présente une durée de guérison plus courte et moins de risques de développer des séquelles de long terme. De plus, le retour à l’emploi s’en trouve facilité et ainsi, le risque de précarisation est écarté.

Si vous souhaitez faire le point sur votre situation et vous faire accompagner par notre équipe ou nos partenaires médicaux sélectionnés, réservez un créneau d’échange gratuit de 30 minutes. Cet entretien vous permettra de faire le point sur votre situation.
Nous discuterons de votre problématique et de votre contexte professionnel. Nous regarderons votre tableau symptomatologique et trouverons ensemble les voies d’accompagnement les plus adaptées.

Accompagnement par des spécialistes sur d’autres dimensions

Il n’est pas rare qu’un état de stress chronique débouche sur des désordres physiologiques ou métaboliques. En conséquence, il est nécessaire de se faire accompagner par des spécialistes qui pourront vous permettre de solutionner au plus vite ces troubles.

Quelques exemples :

  • Médecins gastro-entérologues : le stress chronique peut mener à des gastrites, ulcères, reflux gastro-œsophagien qu’il est important de traiter pour ne pas aggraver une situation de santé déjà fragilisée
  • Médecins ORL : le stress chronique agit directement sur les défenses immunitaires. Ainsi, beaucoup de mes patients me reportent des infections ORL, sinusites, rhinites ou rhinopharyngites à répétition. Ainsi, la fatigue chronique peut mener à des atteintes fréquentes de la sphère ORL.
  • Dermatologues : les médecins avec lesquels je travaille en partenariat et moi avons remarqué une prévalence importante de psoriasis, eczéma, zona dans les périodes péri burn-out. Ainsi, n’hésitez pas à consulter au plus vite un spécialiste pour éviter que ces troubles somatiques ne s’installent sur le long terme.
  • Dentistes : le stress chronique et les comportements compensatoires auxquels il peut conduire peuvent mener à des problèmes dentaires. Par exemple, une consommation accrue de tabac va fragiliser les gencives, diminuer la salive, favoriser les infections dentaires, mais aussi les risques de déchaussements. Par conséquent, prendre soin de votre santé bucco-dentaire est crucial dans ces périodes de stress.
  • Ophtalmologue et orthoptistes : le travail sur écran (d’autant plus depuis le Covid) a des effets nocifs sur votre vue. Il est important de la contrôler plus souvent si vous travaillez sur écran. De plus, trop travailler sur des écrans peut mener à des troubles de la vision pouvant nécessiter une rééducation. Ainsi, si vous ressentez des nausées ou vertiges devant les écrans, un travail avec un orthoptiste peut s’avérer nécessaire. En conséquence, cette rééducation vous permettra aussi de mieux contrôler votre dépense d’énergie et de retrouver plus d’élan et d’efficacité au quotidien dans votre travail.

Point sur l’accompagnement paramédical

Il n’est pas rare que les états de péri burn-out s’accompagnent de douleurs musculaires ou articulaires. En conséquence, consulter un kinésithérapeute, un ostéopathe, un chiropracteur peut s’avérer salvateur pour vous soulager durant ces périodes de mises à l’épreuve du corps.

Par ailleurs, le syndrome du burn-out peut aussi mener à des déséquilibres de la flore intestinale et du microbiote. En plus de consulter un gastro-entérologue, un travail avec un nutritionniste ou un naturopathe peuvent être d’une grande aide pour relancer la machine sur de bonnes bases. C’est aussi l’occasion d’adresser des problèmes de poids. En effet, il n’est pas rare que les personnes qui me consultent me reportent en état de burn-out des déséquilibres de poids importants (prise de poids soudaine ou perte de poids non expliquée).

 

Burn-out et arrêt maladie : Lien avec l’employeur

Sachez en premier lieu que rien ne vous oblige à communiquer avec votre employeur durant votre arrêt maladie. D’ailleurs, il ne doit pas vous contacter durant votre arrêt. De plus, le Code du travail spécifie qu’il ne doit pas vous demander d’exercer un travail durant un arrêt maladie. Cependant, tenir son employeur au courant de sa situation médicale peut permettre d’apaiser la relation. Vous pouvez par exemple communiquer vos dates d’arrêt. Mais le motif peut être tenu secret. Il est confidentiel et votre employeur n’y a pas accès. Vous pouvez donc lui donner les informations que vous souhaitez et n’êtes en rien obligé de tout dire de votre situation.

Burn-out et arrêt maladie : communication avec la médecine du travail

Les nouvelles dispositions légales ont malheureusement espacé les visites à la médecine du travail (auparavant tous les 24 mois et désormais tous les 5 ans, hors métiers à risques). Cependant, vous pouvez demander vous même et en toute confidentialité une visite auprès du médecin du travail en dehors de ces périodes. Elle ne pourra vous être refusée.

Confidentialité des entretiens avec le médecin du travail

Beaucoup de salariés expriment des réticences à aller voir la médecine du travail dans des cas de souffrance au travail. Peur d’être identifié comme défaillant, crainte du non-respect de la confidentialité, anticipation de représailles ou de déclassement… Je tiens à vous assurer ici que le médecin du travail a un devoir de confidentialité. Il ne peut remonter les informations qui lui sont données en entretien. Son rôle est d’assurer votre sécurité et de vous mettre à l’abri si votre situation est à risque (cf. procédure d’inaptitude médicale – voir l’article Burn-out : comment partir ? Quelles stratégies ?)

Intérêt d’une visite auprès de la médecine du travail : marquer une antériorité sur votre situation de souffrance au travail et vous protéger sur le plan légal et médical

Lorsqu’on se voit mettre en arrêt maladie suite à un burn-out, on ne sait jamais combien de temps celui-ci va durer. Également, il est aussi difficile de savoir si on sera en mesure de reprendre son poste – tant sur le plan physique que psychique. Ainsi, pour se protéger d’un éventuel licenciement ou faciliter une procédure de départ, il est important d’avoir un dossier ouvert et documenté auprès de son service de santé au travail.

Burn-out et arrêt maladie : Prendre soin de soi et remettre en place les fonctions vitales

Sommeil et repos

Ce point peut paraître évident, mais il ne va pas de soi pour tout le monde. En effet, je le constate tous les jours durant mes séances. Les personnes en arrêt maladie pour burn-out ont parfois beaucoup de mal à accepter de prendre du repos. S’arrêter quand la machine s’est emballée est parfois difficile à accepter. Or, retrouver une bonne qualité de sommeil la nuit et assurer des temps de repos suffisamment fréquents durant la journée est la clé pour accélérer sa guérison.

Alimentation

Souvent, lors d’un surmenage professionnel, l’alimentation a été mise de côté. C’est devenu un sujet très secondaire. Beaucoup de mes patients me reportent sauter des repas, ou engloutir en quelques minutes un sandwich devant leur ordinateur. D’autres m’expliquent avoir besoin de grignoter des aliments sucrés et réconfortants tout au long de la journée pour tenir… En conséquence, le corps se trouve affaibli et des désordres métaboliques peuvent émerger. Ainsi, durant un arrêt maladie, il est important de remettre en place une alimentation équilibrée et saine. Mon équipe et moi sommes à votre disposition pour faire le point et vous accompagner.

Activité physique

D’abord, il est important de rappeler que nous sommes un tout. Un corps et un esprit. Ce que notre société a tendance à éluder ; point qu’on retrouve également dans la façon dont est enseignée la médecine. D’ailleurs, le fait que psychiatrie et neurologie aient été scindées dans l’enseignement de la médecine en 1968 en est la preuve. Or, nous ne pouvons fonctionner correctement sur le plan psychique et cognitif si nous laissons notre corps de côté.

Dans tous les cas de burn-out que j’accompagne, je constate que le corps a été oublié. Disparition du sport, peu ou pas de marche, mauvaise alimentation, rendez-vous ou examens médicaux repoussés… Comme si le corps était sorti de l’équation et tu dans ses manifestations. Or, au bout d’un moment, le corps parle et parfois crie pour dire sa souffrance. C’est souvent le moment de bascule du burn-out : paralysie, aphasie, évanouissement, crise de panique, convulsions, accident cardiovasculaire dans les cas les plus graves…

Réinvestir le système parasympathique

Le cortisol (hormone sécrétée en état de stress) met en moyenne 6 heures à sortir du corps. Or en état de stress chronique, elle n’est plus jamais évacuée et met à mal l’ensemble du fonctionnement du système nerveux autonome. En conséquence s’installent d’importants désordres sur le plan physiologique et métabolique. Or, pratiquer une activité sportive permet d’évacuer le cortisol plus rapidement. Cela facilite l’accélération des mécanismes de restauration corporelle (digestion et sommeil pour ne citer qu’eux).

Ainsi, en arrêt maladie, réinvestissez votre corps. Ne serait-ce que quelques minutes par jour ? Sortez, marchez, courez un peu. Respirez aussi ! La pratique de la cohérence cardiaque peut aussi être d’une grande aide pour induire ces mécanismes de rééquilibrage du système nerveux autonome. Ces techniques scientifiquement prouvées peuvent vous être transmises en une seule séance de téléconsultation.

Plaisir et écoute de soi

En effet, le plaisir est central. Et surtout, l’écoute de ses besoins. La non-écoute de soi et de ses besoins est souvent ce qui permet à un état de burn-out de s’installer. La personne se fait passer en dernier, toujours après les injonctions de son travail et de sa famille. En conséquence, sa force vitale s’en trouve épuisée.

Ainsi, il est crucial de rétablir la connexion avec soi. Organisez vos journées en fonction de vos « j’ai envie » plutôt que des « je dois / il faut ». Bien évidemment, vous ne pourrez pas éluder certaines tâches de la vie quotidienne. Cependant, rééquilibrer cette to do list fastidieuse avec une bucket list de choses agréables. Des activités qui vous font du bien et vous nourrissent sur le plan social, culturel, corporel sont la source de la guérison.

Burn-out et arrêt maladie : l’opportunité de prendre du temps pour faire le point sur sa vie professionnelle

Le burn-out n’arrive pas par hasard. Stress, surcharge, mais aussi très souvent perte de sens. En effet, c’est ce que me reportent une grande majorité des personnes que j’accompagne. « Mon boulot ne sert à rien ». « Mes objectifs sont irréalistes ». « Mon département a été réorganisé et j’ai perdu toutes les tâches que j’aimais ». « Je n’en plus des réunions à rallonge, du jus de cerveau, des « y’a qu’à / faut qu’on qui n’aboutissent jamais… ».

Si ces mots vous parlent, c’est peut-être que vous aussi ne vous sentez plus à votre place. Vos besoins sur le plan intellectuel ne sont plus répondus ? Vous avez l’impression de passer vos journées à travailler sur des objectifs vains pour servir les attentes de managers ou de boards dont vous ne validez pas les stratégies ?

Un bilan de compétences peut vous permettre de retrouver de l’envie et de sortie du cynisme à l’égard du monde du travail. Une dépersonnalisation qui se développe parfois concomitamment à un état de burn-out. Passer ou repasser votre MBTI, passer le questionnaire Strong® (le test le plus prédictif en termes d’intérêts professionnels – Voir l’article Eviter le burn-out ou en guérir grâce au test Strong®) peuvent représenter des solutions pragmatiques. C’est l’occasion de faire un reboot sur votre vie professionnelle, d’oser demander mieux, vivre mieux !

Et pour finir, quelques conseils de lectures :

  • Le coût de l’excellence – Nicole Aubert et Vincent de Gauléjac => mieux comprendre ces injonctions de performances qui confinent à la tyrannie.
  • Burn-out : ce n’est pas votre faute, mais c’est peut-être votre chance – Emmanuelle Wyart => mieux comprendre la mécanique burn-out, sortir de la culpabilisation et mettre en place des stratégies pour se reconstruire, pas à pas.
  • Ce qu’il y a de meilleur en nous – Travailler et honorer la vie – Christophe Dejours => pour prendre du recul, interroger son rapport au travail, la place du travail dans la société

Si vous ne vous sentez plus en état de revenir travailler, ne vous laissez pas enfermer et surtout ne démissionnez pas ! De nombreuses stratégies de départs existent, en lien avec votre situation. Mes partenaires avocats et moi sommes à votre disposition pour vous aider à trouver des solutions adaptées. Prenez un RDV exploratoire pour faire le point.

Je suis coach et formatrice et je vous aide à surmonter des épreuves et challenges professionnels

Emmanuelle Wyart Coach Formatrice épanouissement professionnel

Ces articles pourraient vous intéresser…

Ces articles pourraient vous intéresser…

Hypersensibilité : symptômes et solutions

Hypersensibilité : symptômes et solutions

Hypersensibilité : symptômes et solutions. L’hypersensibilité désigne une sensibilité accrue ainsi qu’une plus grande réactivité du système nerveux. L’hypersensibilité / le haut potentiel émotionnel est souvent synonyme de fatigue et de souffrance....

lire plus
Burn-out : comment partir ? Quelles solutions ?

Burn-out : comment partir ? Quelles solutions ?

Quelle stratégie de départ quand on est en burn-out, qu’on n’en peut plus et qu’on ne voit d’autre solution que de partir ? Un article qui fait le point sur les solutions, certaines souvent méconnues des salariés. BURN-OUT : Quand partir ? Qu’est-ce que le...

lire plus
Share This